Vous voulez avoir des informations sur des exécutions SQL.

la meilleur méthode est de prendre la requête que vous voulez analyser et de l’exécuter dans visual explain.

Mais ce n’est pas toujours possible , dans le cas d’une chaine avec du SQL embarqué .

Si vous avez fait du SQL statique vous pouvez avoir des informations au niveau des programmes par PRTSQLINF.

Dans certain cas on n’a pas ces possibilités, le plus simple est alors de ce mettre en degug et d’exécuter votre chaine, attention ce n’est pas un mode à mettre en place en production, ca augmente considérablement les informations de log.

Vous devez démarrer le debug , le plus souvent en indiquant que vous autorisez les mises à jour sur les fichiers de production.
==>strdbg updprod(*yes)

Vous lancer ensuite votre traitement qui va générer un log avec des messages de votre optimiseur SQL, c’est des messages id CPI43xx

il vous suffit ensuite d’analyser votre log et regarder si certain vous donne des informations intéressantes.
exemple :
CPI432F index à ajouter

Pour vous aider nous avons fait cet outil DBGSQLJOB que vous retrouverez ici et qui vous facilite la démarche
https://github.com/Plberthoin/PLB/tree/master/GTOOLS

Vous soumettez votre programme comme ceci
sbmjob cmd(DBGSQLJOB cmd(call monpgm) ) job(dbgsql)

et vous obtenez un fichier dbgsql dans la bibliothèque indiquée (par défaut *curlib) qui contiendra les messages de votre optimiseur.

Vous n’avez plus qu’a les analyser ensuite par select * from DBGSQL .

limitation :
dans cet outil, nous traitons en commit(*none) les requêtes SQL, si ce n’est pas le cas chez, vous adaptez le mode.

Rappel :
80 % de votre performance SQL c’est les index , suivez les recommandations de INDEX ADVISOR.

, 5 choses à savoir sur le Reclaim Storage

1) Pourquoi faire un Reclaim storage


Pour corriger des erreurs sur des ressources, suite à des arrets intempestifs ou des dsyfonctionnements :
Les objets de QSYS
Les fichiers de l’IFS
Le catalogue Base de données

C’est la commande RCLSTG, elle nécessite de passer le système en mode restreint

2) Date du dernier reclaim storage


Elle est indiquée dans la dtaara QRCLSTG de QUSRSYS
DSPDTAARA DTAARA(QRCLSTG)
position 1 date au format CYYMMDD
vous pouvez visualiser la date de dernière execution par SQL

SELECT CASE

substr(DATA_AREA_VALUE , 1 , 1) WHEN ‘1’
THEN
substr(DATA_AREA_VALUE , 6 , 2) concat ‘:’ concat
substr(DATA_AREA_VALUE , 4 , 2) concat ‘:20’ concat
substr(DATA_AREA_VALUE , 2 , 2)
ELSE ’01:01:2001′
END
as datrclstg FROM QSYS2.DATA_AREA_INFO
WHERE DATA_AREA_LIBRARY = ‘QUSRSYS’
and DATA_AREA_NAME = ‘QRCLSTG’

3) Estimer le temps d’exécution


RCLSTG ESTIMATE(*YES)

Se base sur les informations contenues dans la dtaara QRCLSTG, si vous n’en avez pas exécuté , vous avez rien

En gros vous pouvez estimer à minimum 1 heure

4) Voici ce qui est à vérifier après exécutions


Les objets sans propriétaires
WRKOBJOWN QDFTOWN
Les objets endommagés
dans QSYS
DSPLIB LIB(QRCL)
Dans L’IFS
WRKLNK OBJ(‘/QOpenSys/QReclaim’)
WRKLNK OBJ(‘/QReclaim’)

5) Avant de faire un RCLSTG


Vous avez certaines commandes qui peuvent permettre de corriger des erreurs sans être en mode restreint

Sur les bibliothèques
RCLLIB

sur l’IFS
RCLLNK
RCLDLO

Sur la base de données
RCLDBXREF

Conclusion :

Même s’il est difficile de donner une fréquence, nous en conseillons un par an ..
et dans tous les cas il est recommandé d’en faire un avant une montée de version

Un lien à connaitre

https://www.ibm.com/support/pages/overview-rclstg-comma

Les travaux de groupe

Vous pouvez utiliser une possibilité qui vous permet d’initialiser 16 travaux en même temps (mais un seul actif), c’est son qu’on appelle les travaux de groupe un peu comme une session alternée que vous obtenez en appuyant sur la combinaison de touches Appel système 1 .

C’est les jobs que vous voyez avec un + dans la commande wrkactjob

Voici comment utiliser les travaux de groupe

1) Démarrage

CHGGRPA GRPJOB(QPADEV0001) TEXT(‘Travail de groupe master’)

2) Transférer vers un autre job


TFRGRPJOB GRPJOB(JOB3) INLGRPPGM(QCMD) TEXT(‘TRAVAIL 3’)

3) Pour voir la liste des jobs et pour transférer

QSYS/TFRGRPJOB GRPJOB(*SELECT)

Remarques :

Vous pouvez communiquer entre vos différents jobs en utilisant une DTAARA particulière , *GDA (512 caractères)
On est de moins en moins obligé de les utiliser, mais sachez comment cela fonctionne …

Vous installez de nouveaux PCs et vous désirez savoir les ports à ouvrir pour pouvoir accèder à vos partitions IBMi.

Voici un liste des ports à ouvrir en priorité

Pour ACS :


23 requis TELNET
449 requis arborescence du serveur IBM i
8470 à 8476 (voir RDI)

Pour RDI :


446 Requis (DRDA : connecteur base de données entre serveurs)
449 (as-srvmap) requis arborescence du serveur IBM i
3825 (Debugger) : débogage RDi
4300 (STRRSESVR) débogage via RDi (permet le rappel par l’IBM i du client RDi)
8470 (as-central) requis : Gestion des licences
8471 (as-database) requis base de données
8472 (as-dtaq) requis : serveur de file d’attente de données
8473 (as-file) requis : serveur de fichiers
8474 (as-netprt) serveur d’impression réseau
8475 (as-rmtcmd) requis : envoi de commandes
8476 (as-signon) requis : serveur ouverture de session

Merci à Jean Marie pour son aide !

Qu’est-ce que Ansible ?

Ansible est un outil écrit en Python qui permet de faire des déploiements.

Ansible se sert de deux fichiers de configuration pour fonctionner.

Le premier est l’inventory, il regroupe les adresses réseau des machines qu’on souhaite gérer.

Le second est un playbook, il agit comme un script qu’on pourra exécuter sur n’importe laquelle des machines de l’inventory.

Tous les fichiers de configuration d’Ansible sont au format YAML.

À partir de ces deux fichiers Ansible établit des connexions SSH sur les machines de notre choix (depuis l’inventory), transfert le playbook sur les machines connectées, l’exécute et enfin fait remonter les résultats.

Cette approche permet de facilement réaliser n’importe quel type de déploiement à petite comme à grande échelle en écrivant un seul script, et en utilisant une seule commande.

Les résultats et les erreurs (si il y en a) sont tous remontés une fois que tout est fini.


Ansible est écrit en Python et l’utilise également pour exécuter les playbooks sur les machines, il faut donc que ce dernier soit installé sur les systèmes où l’on veut faire des déploiements.

Les actions qu’on peut demander à Ansible de réaliser sont des modules, qui permettent de réaliser une tâche spécifique.

Chaque tâche dans le playbook utilise un module, et on peut ajouter autant de tâches qu’on a besoin, comme dans un script.

Parmi les modules fournis avec Ansible on peut par exemple exécuter des commandes shell, manipuler des fichiers, en télécharger, etc.

L’intérêt du fonctionnement par modules c’est que tout le monde peut en écrire et on peut utiliser ceux qui sont publiés sur Ansible Galaxy par la communauté.

Cette plateforme regroupe des centaines de collections, qui contiennent un ou plusieurs modules. Il en existe déjà pour énormément de services et applications de toutes sortes (bien trop pour tous les citer ici).

Il y a également des collections fournies par IBM pour interagir avec leurs systèmes, notamment l’IBM i avec la collection power_ibmi.


Pour réaliser des plus petites tâches rapidement il est possible d’exécuter des commandes dites ad hoc. L’exécution sera la même qu’avec un playbook, sauf qu’il n’y aura pas besoin de créer un playbook, à la place on donne les paramètres du module directement dans la ligne de commande.

Cette méthode est très utile pour des actions simples et moins fréquentes, par exemple pour redémarrer toutes les machines d’un inventory.

Quelques exemples simples

Voici à quoi ressemble un inventory très simple qui liste deux machines (machineA et machineB).

all:
    hosts:
        machineA:
            ansible_host: 10.0.0.1
        machineB:
            ansible_host: 10.0.0.2
    vars:
        ansible_ssh_user: root

La partie vars permet de donner des paramètres supplémentaires pour les connexions SSH et l’exécution des modules.

Le paramètre ansible_ssh_user permet d’indiquer en tant que quel utilisateur Ansible doit se connecter par SSH, ici nous serons root.


Voilà désormais un playbook très simple également qui ne fait qu’un simple ping, cela permet de vérifier si Ansible peut se connecter aux machines et exécuter un playbook.

- name: playbook ping
  gather_facts: no
  hosts: all
  tasks:
  - ping:

Le paramètre gather_facts est par défaut configuré sur yes. Le gather facts récupère des informations sur le système où le playbook s’exécute (système d’exploitation, environnement, versions de Python/Ansible, etc) qu’on peut ensuite utiliser dans le playbook ou afficher. Ici on ne souhaite faire qu’un ping pour vérifier qu’Ansible fonctionne bien, on peut désactiver le gather facts puisqu’on ne s’en sert pas.

Le paramètre hosts permet d’indiquer sur quels machines de l’inventory ce playbook doit être exécuté par défaut.

Le paramètre tasks liste chaque tâche à exécuter (avec le nom du module). Ici on utilise le module ansible.builtin.ping qu’on peut abréger en ping.


Pour exécuter ce playbook on utilise la commande ansible-playbook -i inventory.yml playbook.yml (en remplaçant bien entendu les noms des fichiers par ceux que vous avez).

Voici le résultat qu’on obtient avec l’inventory et le playbook précédents :

$ ansible-playbook -i inventory.yml ping.yml

PLAY [playbook ping] *****************************************************************

TASK [ping] **************************************************************************
ok: [machineA]
ok: [machineB]

PLAY RECAP ***************************************************************************
machineA  : ok=1  changed=0  unreachable=0  failed=0  skipped=0  rescued=0  ignored=0
machineB  : ok=1  changed=0  unreachable=0  failed=0  skipped=0  rescued=0  ignored=0

Ansible nous rapporte que la tâche ping a réussi sur les deux machines. La partie PLAY RECAP résume les résultats de toutes les tâches.


L’équivalent de ce playbook en mode Ad Hoc est la commande :

$ ansible -i inventory.yml -m ping all

Le dernier paramètre all correspond au paramètre hosts du playbook, il indique d’exécuter la commande sur tous les hôtes présents dans l’inventory.

Le paramètre -m ping indique quel module utiliser (la documentation sur les commandes ad hoc est disponible ici).

Commande ad hoc de ping

Ansible for i

IBM fournit la collection power_ibmi qui contient beaucoup de modules pour interagir avec les IBM i, la documentation se trouve ici, et la référence des modules ici.

Cette collection est d’ailleurs disponible sur Github ici (avec plusieurs exemples et autres ressources).


Voici un exemple de playbook qui utilise cette collection, plus particulièrement le module ibmi_sysval. Ce playbook va récupérer une valeur système puis faire une assertion de sa valeur.

- hosts: all
  gather_facts: no
  collections:
   - ibm.power_ibmi

  tasks:
  - name: Vérification CCSID
    ibmi_sysval:
      sysvalue:
        - {'name': 'qccsid', 'expect': '1147'}

Le paramètre collections indique qu’il faut d’abord chercher le module ibmi_sysval dans les collections énumérées (dans l’ordre) mais cette partie est optionnelle (comme indiqué dans la documentation ici).

Puis on indique que l’élément nommé qccsid dans la variable de retour sysvalue doit correspondre à la valeur 1147.

Voilà le résultat qu’on obtient lorsque la valeur système correspond :

$ ansible-playbook -i inventory.yml assert_ccsid.yml

PLAY [all] ***************************************************************************

TASK [Vérification CCSID] ************************************************************
ok: [machineA]
ok: [machineB]

PLAY RECAP ***************************************************************************
machineB : ok=1  changed=0  unreachable=0  failed=0  skipped=0  rescued=0  ignored=0
machineA : ok=1  changed=0  unreachable=0  failed=0  skipped=0  rescued=0  ignored=0

Et si le QCCSID ne correspond pas Ansible affiche une erreur à la place de ok: [machine], au format JSON :

fatal: [machineA]: FAILED! =>
{
	"changed": false,
	"fail_list": [{
		"check": "equal",
		"compliant": false,
		"expect": "1147",
		"msg": "Compliant check failed",
		"name": "QCCSID",
		"rc": -2,
		"type": "10i0",
		"value": "65535"
	}],
	"message": "",
	"msg": "non-zero return code when get system value:-2",
	"rc": -2,
	"stderr": "non-zero return code when get system value:-2",
	"stderr_lines": ["non-zero return code when get system value:-2"],
	"sysval": []
}

Note: Dans le terminal cette erreur est souvent affichée sans indentation ni retours à la ligne.

Ici on peut voir que l’assertion a échoué, la valeur système était 65535, mais le playbook s’attendait à ce qu’elle soit 1147.


Il y a de nombreux autres cas d’usage, plusieurs exemples sont disponibles sur le dépôt Github ansible-for-i.

Il y a quelques exemples pour des utilisations spécifiques ici, et d’autres exemples de playbooks ici.

Interfaces graphiques : AWX et Tower

Ansible est un outil qui s’utilise dans le terminal, mais il existe deux solutions qui fournissent une interface graphique plus intuitive en plus d’autres fonctionnalités (planification de tâches, gestion de plusieurs utilisateurs et de leurs droits, notifications).

Ces deux solutions sont AWX et Tower, les deux sont très similaires : AWX est un projet open-source (disponible ici), et Tower (disponible ici) est une solution qui est basée sur AWX mais qui nécessite une licence.

La principale différence entre les deux est que Tower subit beaucoup plus de tests pour être plus stable et vous pouvez recevoir de l’aide du support technique Red Hat si besoin. AWX en revanche est moins testé et donc plus susceptible de rencontrer des instabilités, il n’y a également pas de support technique pour AWX.

Si la stabilité est une nécessité (comme en environnement de production) mieux vaut s’orienter vers Tower.

AWX est compatible sur Linux (les distributions les plus populaires devraient toutes le faire fonctionner), Tower est également compatible sur Linux mais est beaucoup restreint. Actuellement ce dernier n’est compatible que sur Red Hat Enterprise Linux (RHEL), CentOS et Ubuntu.


Nous avons testé AWX sur Debian (Bullseye), l’installation peut être assez compliquée lorsqu’on découvre AWX et son environnement mais son utilisation est plutôt intuitive.

L’interface et le fonctionnement de Tower sont quasiment identiques à AWX.

Dashboard AWX

Il y a plusieurs différences dans la manière d’utiliser Ansible dans le terminal et depuis AWX.

La configuration des machines, de leurs identifiants et des inventory est similaire et très facile. En revanche pour les playbooks ce n’est pas la même méthode.


Premièrement on doit configurer un projet. Un projet est un groupe d’un ou plusieurs playbooks sous la forme d’un dépôt Git ou d’une archive.

Paramètres d’un projet

Ensuite il faut créer des templates, une template peut être considérée comme la commande pour exécuter un playbook : on choisit quel playbook exécuter depuis un projet, on choisit sur quel inventory l’exécuter et les identifiants à utiliser pour les connexions SSH sur les machines de l’inventory.

Paramètres d’une template

On peut ensuite exécuter les templates et suivre leurs avancements et résultats dans l’onglet Jobs ou depuis la page de la template.

Dans l’onglet des templates on peut aussi créer des workflows, un workflow permet d’exécuter plusieurs templates à la suite en y ajoutant des conditions.

On peut choisir d’exécuter certaines templates si une autre réussit, et d’autres si elle échoue.

Éditeur des workflows

Ressources et liens utiles pour apprendre Ansible

Cette courte présentation vise à vous faire découvrir Ansible et ne couvre donc que les bases (beaucoup de détails ont été omis pour éviter la surcharge d’informations). Ansible est un outil très complet et il existe de nombreuses ressources pour apprendre à le prendre en main et le maîtriser.

En voici quelques unes pour bien débuter :


Ansible est un outil très puissant aux applications nombreuses, et peut notamment faciliter l’administration des IBM i (surtout à grande échelle). Malheureusement il n’existe à l’heure actuelle aucune solution clé en main, apprendre à utiliser Ansible et créer ses propres playbooks est indispensable.

Cet apprentissage peut prendre du temps sans expérience préalable avec les environnements Unix et/ou Python. Mais si Ansible peut paraître difficile à prendre en main et maîtriser, des solutions plus guidées et faciles d’accès pourraient arriver à l’avenir, permettant à tous d’utiliser Ansible à son plein potentiel sans avoir à le maîtriser chaque aspect.

, , Utilisation d’une remote DTAQ

Une DTAQ est une solution qui permet de gérer des entrées empilées de manières asynchrone (un peu comme MQ series qui lui est en plus multi systèmes)

Pour définir une remte outq

Cette technologie se base sur DRDA, c’est la solution qui est utilisée par SQL quand vous faites un CONNECT sur une base de données distantes.

Sur le système source

Vous devez définir votre base de données par la commande WRKDBDIRE

ADDRDBDIRE RDB(‘Nom_base_de donnees’)
RMTLOCNAME(‘nom ou adresse IP’ IP) RMTAUTMTH(USRID *NOALWLOWER)

Vous devez indiquer,
l’adresse IP ou le nom IP résolu
le mode de connexion qui sera négocié à l’établissement de celle ci

Vous devez créer une datq remote

CRTDTAQ DTAQ(Nom_bib_loc/Nom Dtaq)
TYPE(DDM) RMTDTAQ(nom_bib_dis/Nom_Dtaq) RMTLOCNAME(RDB)
RDB(‘Nom_base_de donnees’)

Sur le système cible

Vous devez créer une datq locale

CRTDTAQ DTAQ(Nom_bib_dis/Nom Dtaq)
TYPE(*DDM)
MAXLEN(longueur_de_vos_données)

si vous avez choisi une solution de connexion à base de profil

Vous devez devrer l’enregistrer en créant poste authentification

ADDSVRAUTE USRPRF(*CURRENT) SERVER(NEPTUNE) USRID(PLB) PASSWORD()

Vous devez indiquer l’utilisateur local qui servira à faire la requête d’écriture.

Pour voir les postes existants, vous avez une vue SQL

SELECT *
FROM QSYS2.DRDA_AUTHENTICATION_ENTRY_INFO

le service DDM doit être démarrer

STRTCPSVR *DDM

Pour écrire dans votre DTAQ

Sur la source,

vous devez écrire des postes à la demande

Par L’API

Call QSNDDTAQ

Par la procédure SQL service, depuis le niveau 4 de la TR en 7.4

QSYS2.SEND_DATA_QUEUE()

sur la cible,

Pour écrire lire votre DTAQ

Vous devez avoir un traitement qui boucle pour traiter vos entrées

par l’API

Call QRCVDTAQ

Par la function SQL service, depuis le niveau 4 de la TR en 7.4

QSYS2.RECEIVE_DATA_QUEUE()

Conclusions


Vous pouvez mettre en place une solution de remote outq, pour repliquer des changement de mots passe par exemple !

Si vous utilisez Des DTAQ, vous aurez besoin d’une commande pour visualiser le contenu de celle ci, vous pouvez en trouver un ici c’est la commande DSPDTAQ

https://github.com/Plberthoin/PLB/tree/master/GTOOLS

, Afficher un pannel de groupe

Voici un dernier poste sur la série UIM , pour vous aider à tester vos panneaux de groupe

il existe une APi QUHDSPH pour faire cette affichage

Vous trouverez une exemple, une commande DSPPNLGRP ici

https://github.com/Plberthoin/PLB/tree/master/GTOOLS

.

.

Vous pouvez maintenant créer un

Un menu UIM

Convertir un menu SDA en UIM

Générer un squelette d’aide pour vos commandes

et tester votre panneaux d’aide

Vous pouvez allez plus loin , en apprenant le langage UIM et ses subtilités.