, 5 choses savoir sur les includes

Un include ou un /copy dans un programme permet de copier avant la compile des lignes de sources dans votre programme ou module.
C’est pour normaliser des parties de code qu’on utilise souvent dans une application, souvent des déclarations
exemple :
DS pour les données programme (SDS)
DS pour les données fichier (INFDS)
Découpage d’un paramétrage applicatif d’une *lda ou autre
etc…

1) Utilisation en CLP

C’est pas forcément le langage ou ou en trouve le plus, mais ca peut avoir du sens, si on utilise par exemple une routine d’erreur générale
pgm
DCL….
include erreur1
// votre code
include erreur2
ENDPGM

Vous pouvez préciser le fichier ou le répertoire ou se trouve vos includes

Sur les commandes CRTCLMOD ou CRTBNDCL c’est les paramètres INCFILE ou INCDIR

Vous pouvez indiquer dans votre source le fichier ou la bibliothèque , il est bien sur déconseillé de harcoder la bibliothèque , la gestion de la liste de bibliothèque étant préférable.

2) Utilisation en RPG

on peut utiliser des /copy ou des /include
la syntaxe est la m^me
libraryname/filename,membername
filename,membername
membername

Encore une fois il est fortement déconseillé d’utiliser la bibliothèque,

d/COPY QSYSINC/QRPGLESRC,ECHKPWD1
ou
d/INCLUDE QSYSINC/QRPGLESRC,ECHKPWD1

en free, elle doivent quand même être codé comme une carte …

on peut faire de includes d’includes par exemple on l’utilise dans l’ILE
sourceA
include prototype1
include prototype2

sourceB
include SourceA

C’est souvent utilisé pour le prototypage de fonction et procédure

Vous pouvez indiquer dans une carte h ou dans ctl-opt en free

COPYNEST( n )
Indique le nombre maximal d’imbrications, n étant une valeur
comprise entre 1 et 2048. Si le mot clé COPYNEST n’est pas
spécifié, 32 est utilisée comme valeur maximale.

Je n’ai jamais vu plus de 5 niveaux …

3) Utilisation dans un SQLRPGLE

Comporte une petite subtilité entre les /copy et les /include sur les variables HOSTs

Paramètre de compile , RPGPOPT de la commande du CRTSQLRPGI

  • NONE
    Le compilateur n’est pas appelé pour le prétraitement.
  • LVL1
    Le compilateur est appelé pour le prétraitement pour développer / COPY et gérer les directives de compilation conditionnelle à l’exception de la directive / INCLUDE.
  • LVL2
    Le compilateur sera appelé pour le prétraitement pour développer / COPY et / INCLUDE et gérer les directives de compilation conditionnelle.

Le conseil est de forcer le paramètre à *LVL2 pour que même les include soit résolus avant la pré-compilations SQL

4) Les copies conditionnées

Pour éviter les inclusions en double suite à plusieurs inclusions venant de plusieurs endroits

Il y a un macro langage qui permet d’indiquer des instructions dans votre sources RPG

A) dans le source à inclure
source1

les instrcutions ici
à la fin
/define prototype

B) dans le programme ou on vet l’inclusion

/if not defined( prototype )
/include prototype
/endif

ou

/if defined( prototype )
/eof
/endif

5) Conversion RPGIII vers RPGIV

Pour convertir du RPG3 vers RPGIV ,vous avez une commande IBM qui s’appelle CVTRPGSRC, voici comment traiter les includes.

Il y a 2 méthodes possibles

A) En précisant le paramètre EXPCPY à *YES de la commande CVTRPGSRC ce qui incluera le /copy dans le programme après l’avoir converti

B) Vous devrez commencer par convertir les /copy de votre application
Attention au nom de fichier que vous devrez éventuellement changer en QRPGLESRC par exemple dans les sources

Conclusion

Il peut être intéressant d’utiliser les includes, mais ca nécessite un minimum d’organisation, exemple pour les prototypages ILE

RDI permet de voir directement les includes à partir du source que vous éditez …

, , , IDE IBMi , une alternative à RDI

Vous n’avez pas forcément le budget pour acheter RDI , mais vous voudriez éditer vos sources avec un outil un peu plus FUN que SEU.

Voici un produit qui peut vous permettre de réaliser vos modifciations.

il sagit de ILEditor est un produit open source que vous pouvez télécharger ici

https://worksofbarry.com/ileditor/#cta

Nos tests

l’installation est très simple


la prise en main est très simple aussi, vous définissez vos systèmes, ils doivent être accessibles en ODBC et FTP , attention FTP est réglé en auto il vaudra mieux essayer PASV


l’interface est classique
Vous pouvez Browser vos membres sources
Vous pouvez paramétrer vos options de compile

Les plus qu’on aime
Il est interfacable avec ACS pour l’émulations 5250 et system debugger …
Vous avez une option Object Diagram qui permet de modéliser rapidement vos applications , ne rêvez pas ce n’est par parfait mais c’est utilisable et pratique.


Un comparateur de source simple et efficace
Un interfaçage avec git qui permet des clones locaux et des pushs par la suite

En résumé

Si vous faites beaucoup RPG en mode FREE , peu de CL (pas d’invite)
C’est un très bon produit.
Pour le reste, du code colonné, des clp, des includes il y a quelque lacune.

Mais c’est un produit gratuit et parfaitement opérationnel merci à ceux qui le proposent , et un petit don s’impose quand vous le pouvez

Divers

On a également testé rpgnextgen qui n’a plus évolué depuis 2012 et qui semble un peu dépassé

Vous pouvez également regarder du coté de ILEditor2 à l’adresse suivante https://ileditor.dev/ , un peu plus complet mais payant

, , Débogage de grandes variables avec RDi

Le débogage avec RDi apporte confort et souplesse, mais il y a un point sur lequel il faut certainement faire un rappel : le débogage de grandes chaines de caractères.

Notre exemple

Simplissime :

Débogage avec RDi

Les variables et leur valeur apparaissent dans la vue dédiée « Variable »

Par contre, « seuls » 10.000 caractères sont affichés, impossible de voir la suite de la variable. De plus, impossible de modifier la variable :

La vue Moniteurs

Cette vue, qui sert déjà pour les variables des programmes CL, va également nous aider pour les variables RPG en permettant plus d’options. Il est possible d’utiliser dans cette vue toutes les syntaxes usuelles de STRDBG avec la commande EV (ou EVAL) qui supporte de compléments, des fonctions intégrées etc …

Vous pouvez ajouter une expression monitorée en faisant un click droit sur une variable puis « Contrôler une expression »

Vous pouvez également saisir manuellement des expression (vous reconnaîtrez les syntaxes du STRDBG) :

Vous pouvez alors utiliser %SUBSTR, DIGITS etc … Pour vous permettre de cibler une sous-chaîne spécifique par exemple.

Mais impossible de modifier une sous-chaîne par ce moyen :

Modification de variables

Vous devez utiliser cette syntaxe :

Attention : les chaines de caractères sont passées en majuscule ! Sauf à travailler en hexadécimal (est-ce réellement pratique ?)

Extension via APAR SE71579

L’APAR https://www.ibm.com/support/pages/apar/SE71579 permet d’augmenter les limites. Désormais :

Extend the string length limits to bigger values for            
fixed-length and variable-length string values in RDi debug.    
Maximum editable limit is now 4K (4096). Maximum display limit  
is now 30K (30720). The limits are 1K (1024) in the current    
driver.

Vous devez installer les PTF SI71302 (7.3) ou SI71314 (7.4). Après application on peut voir jusqu’à 30720 caractères dans notre cas :

La modification reste limitée à 4Ko.

, Comment gérer facilement vos filtres de développement dans RDI ?

Voici 2 solutions :

La première solution la plus connue est de finir un filtre au niveau des objets.
En prenant par exemple les fichiers commençant par Q

Une fois ouvert vous avez

Vous devez ouvrir tous vos fichiers sources !

Il y a une deuxième méthode
Vous devez créer le filtre pour le premier fichier source

Ensuite vous pouvez ajouter une nouvelle chaine de filtre , répéter l’opération autant de fois que nécessaire

Vous obtenez une vue ou vous avez tous vos sources à la suite

Dans la deuxième solution , vous pouvez être plus fin en utilisant des noms génériques de Membres , vous pouvez également indiquer des bibliothèques différentes pour vos fichiers .