Lorsque l’on crée un programme de service il est intéressant de classer les procédures utilisées dans différents modules afin de faciliter une maintenance future. On peut regrouper par exemple les procédures par fonctionnalité métier (prise de commandes, rangement, calculs de taux,… ) ou par proximité technique (manipulation de chaines de caractères, calcul d’un modulo, manipulation de dates,… ). Dans l’article intitulé « CONTROLER IBAN & RIB » on regroupe les deux fonctions bancaires au sein d’une même procédure.

Lorsque l’on veut créer un programme de service il faut procéder en deux temps :

  • Créer les modules contenant les procédures et fonctions
CRTSQLRPGI OBJ(MyLibrary/MyModuleXX) SRCFILE(MyLibrary/MySRCPF) SRCMBR(MyModuleXX) OBJTYPE(MODULE) REPLACE(YES) DBGVIEW(*SOURCE)
  • Créer le programme de service qui intègrera les modules
CRTSRVPGM SRVPGM(MyLibrary/MyServicePGM) MODULE(MyLibrary/MyModule0 MyLibrary/MyModule1 MyLibrary/MyModule2 MyLibrary/MyModule3 MyLibrary/MyModule4) EXPORT(*SRCFILE) SRCFILE(MyLibrary/QSRVSRC) SRCMBR(MySrcMBR)

Nous vous proposons donc de créer une fonction qui permettra d’enchainer ces deux opérations (nous nous limiterons à la possibilité d’agréger 10 modules dans un programme de service)

Présentation de la commande

Cette commande permet de saisir plusieurs modules et de les intégrer directement dans un programme de service

On peut également ajouter un répertoire de liage, si besoin

Source de la commande

             CMD        PROMPT('Création Programme de Service')
             PARM       KWD(SRVPGM) TYPE(Q0) MIN(1) PROMPT('Programme de service ')
 Q0:         QUAL       TYPE(*NAME) LEN(10) MIN(1)
             QUAL       TYPE(*NAME) LEN(10) DFT(*CURLIB) SPCVAL((*CURLIB)) MIN(0) +
                          PROMPT('Bibliothèque           ')
             PARM       KWD(SRVSRC) TYPE(Q1) PROMPT('Fichier source d''exportation')
 Q1:         QUAL       TYPE(*NAME) LEN(10) DFT(QSRVSRC) MIN(0)
             QUAL       TYPE(*NAME) LEN(10) DFT(*CURLIB) SPCVAL((*CURLIB)) MIN(0) +
                          PROMPT('Bibliothèque           ')
             QUAL       TYPE(*NAME) LEN(10) DFT(*SRVPGM) SPCVAL((*SRVPGM)) MIN(0) +
                          PROMPT('Membre source d''exportation')
             PARM       KWD(MODULE) TYPE(*NAME) LEN(10) MAX(10) PROMPT('Modules du Programme ')
             PARM       KWD(SRCFIL) TYPE(*NAME) LEN(10) MIN(0) DFT(QRPGLESRC) PROMPT('Fichier +
                          source Programme ')
             PARM       KWD(ONBNDDIR) TYPE(*CHAR) LEN(1) MIN(0) PROMPT('Répertoire de Liage O/N  ')
             PARM       KWD(BNDDIR) TYPE(*NAME) LEN(10) MIN(0) PMTCTL(LIAGE) +
                          PROMPT('Répertoire de Liage  ')

 LIAGE:      PMTCTL     CTL(SRCFIL) COND((*NE '')) NBRTRUE(*ALL)
             PMTCTL     CTL(SRVSRC) COND((*NE '')) NBRTRUE(*ALL) LGLREL(*AND)
             PMTCTL     CTL(ONBNDDIR) COND((*EQ 'O')) NBRTRUE(*ALL) LGLREL(*AND)
 LIAG2:      PMTCTL     CTL(ONBNDDIR) COND((*EQ 'O') (*EQ 'N')) NBRTRUE(*EQ 1)           

Programme de controle

PGM        PARM(&SRVPGMLIB &SRVBIBMBR &MODULE &SRCFIL +
                          &ONBNDDIR &BNDDIR)

             DCL        VAR(&VAR1) TYPE(*INT) LEN(2)
             DCL        VAR(&POS) TYPE(*INT) LEN(2)
             DCL        VAR(&CPT) TYPE(*INT) LEN(2)
             DCL        VAR(&SRVPGMLIB) TYPE(*CHAR) LEN(20)
             DCL        VAR(&SRVPGM) TYPE(*CHAR) STG(*DEFINED) LEN(10) +
                          DEFVAR(&SRVPGMLIB 1)
             DCL        VAR(&SRVLIB) TYPE(*CHAR) STG(*DEFINED) LEN(10) +
                          DEFVAR(&SRVPGMLIB 11)
             DCL        VAR(&SRVBIBMBR) TYPE(*CHAR) LEN(30)
             DCL        VAR(&SRVFIC) TYPE(*CHAR) STG(*DEFINED) LEN(10) +
                          DEFVAR(&SRVBIBMBR 1)
             DCL        VAR(&SRVBIB) TYPE(*CHAR) STG(*DEFINED) LEN(10) +
                          DEFVAR(&SRVBIBMBR 11)
             DCL        VAR(&SRVMBR) TYPE(*CHAR) STG(*DEFINED) LEN(10) +
                          DEFVAR(&SRVBIBMBR 21)
             DCL        VAR(&MODULE) TYPE(*CHAR) LEN(102)
             DCL        VAR(&VALMOD) TYPE(*CHAR) LEN(10)
             DCL        VAR(&SRCFIL) TYPE(*CHAR) LEN(10)
             DCL        VAR(&ONBNDDIR) TYPE(*CHAR) LEN(1)
             DCL        VAR(&BNDDIR) TYPE(*CHAR) LEN(10)
             DCL        VAR(&LSTMOD) TYPE(*CHAR) LEN(250)
             DCL        VAR(&COMMANDE) TYPE(*CHAR) LEN(500)

             /* Initialiser les variables */
             CHGVAR     VAR(&VAR1) VALUE(%BIN(&MODULE 1 2))
             IF         COND(&SRVLIB *EQ '*CURLIB') THEN(RTVJOBA +
                          CURLIB(&SRVLIB))


             /* Extraction de chaque poste */
             DOFOR      VAR(&CPT) FROM(1) TO(&VAR1)
                CHGVAR     VAR(&POS) VALUE(3 + (&CPT - 1) * 10)
                CHGVAR     VAR(&VALMOD) VALUE(%SST(&MODULE &POS 10))

                CRTSQLRPGI OBJ(&SRVLIB/&VALMOD) SRCFILE(&SRVLIB/&SRCFIL) +
                             SRCMBR(&VALMOD) OBJTYPE(*MODULE) +
                             REPLACE(*YES) DBGVIEW(*SOURCE)

                CHGVAR     VAR(&LSTMOD) VALUE(%TRIM(&LSTMOD) !! ' ' !! +
                             %TRIM(&SRVLIB) !! '/' !! %TRIM(&VALMOD))

             ENDDO

             CHGVAR     VAR(&COMMANDE) VALUE('CRTSRVPGM  SRVPGM(' !! +
                          %TRIM(&SRVLIB) !! '/' !! %TRIM(&SRVPGM) !! ') +
                          MODULE(' !! %TRIM(&LSTMOD) !! ') +
                          EXPORT(*SRCFILE) SRCFILE(' !! %TRIM(&SRVBIB) !! +
                          '/' !! %TRIM(&SRVFIC) !! ') SRCMBR(' !! +
                          %TRIM(&SRVMBR) !! ')')

             CALL       PGM(QCMDEXC) PARM(&COMMANDE  %LEN(&COMMANDE))

             IF         COND(&ONBNDDIR = 'O') THEN(DO)
                CHKOBJ     OBJ(&SRVLIB/&BNDDIR) OBJTYPE(*BNDDIR)
                MONMSG     MSGID(CPF9801) EXEC(CRTBNDDIR  +
                             BNDDIR(&SRVLIB/&BNDDIR))
                ADDBNDDIRE BNDDIR(&SRVLIB/&BNDDIR) OBJ((&SRVLIB/&SRVPGM))
             ENDDO

             ENDPGM                                 

Vous connaissez tous les notions de cette bibliothèque :

Elle n’est pas sauvegarder à la fin d’un travail et chaque travail a sa QTEMP

Elle est généralement dans votre liste de bibliothèque.

Maintenant imaginez que vous utilisez un logiciel et que vous voulez être sur que QTEMP soit la première bibliothèque de votre liste :

Vous pouvez l’enlever et la remettre entête mais attention, l’enlever revient à la supprimer, si vous avez des données par exemple des fichiers à l’intérieur, ils seront donc perdus , je propose donc un petit programme qui pourra réaliser ca pour vous :

PGM                                                                   
/* MISE EN PLACE QTEMP EN TETE DE LISTE */                            
dcl &time *char 6                                                     
             DCL        VAR(&NBR) TYPE(*DEC) LEN(10)                  
             dcl &libl *char 2750                                     
             dcl  &req *char 512                                      
 /* Recherche si QTEMP est entete on ne fait rien                  */ 
             RTVJOBA    USRLIBL(&LIBL)                                
             IF COND(%sst(&libl 1 10) = 'QTEMP') THEN(DO)             
             goto fin                                                 
             ENDDO                                                    
 /* Recherche si QTEMP est pas en tete de liste                    */ 
             ELSE                                                     
             DSPOBJD    OBJ(QTEMP/*ALL) OBJTYPE(*ALL) +               
                          OUTPUT(*OUTFILE) OUTFILE(QTEMP/WRESULT)     
             MONMSG     MSGID(CPF2123) exec(do)                       
 /* si bibliothèque vide */                                           
             RMVLIBLE   LIB(QTEMP)                                    
             ADDLIBLE   LIB(QTEMP) POSITION(*FIRST)                   
             GOTO       CMDLBL(FIN)                                 
             ENDDO                                                  
 /* Si bibliothèque QTEMP remplie */                                 
             CRTLIB     LIB('W' *TCAT &TIME) TYPE(*TEST) TEXT('Bib +
                          sauvegarde qtemp')                        
             monmsg CPF2111 exec(do)                                
             CLRLIB     LIB('W' *TCAT &TIME)                        
             ENDDO                                                  
             CRTDUPOBJ  OBJ(*ALL) FROMLIB(QTEMP) OBJTYPE(*FILE) +   
                          TOLIB('W' *TCAT &TIME) DATA(*YES)         
   monmsg    CPF2130                                                
             rmvlible qtemp                                         
             addlible qtemp  *first                                 
             CRTDUPOBJ  OBJ(*ALL) FROMLIB('W' *TCAT &TIME) +        
                          OBJTYPE(*FILE) TOLIB(QTEMP) DATA(*YES)    
   monmsg    CPF2130                                                
             DLTLIB     LIB('W' *TCAT &TIME)                        
 /* fin du programme */                                             
 fin:
            SNDPGMMSG  MSGID(CPF9898) MSGF(QCPFMSG) +               
                         MSGDTA('Bibliothèque Qtemp placée en tête +
                         de liste') MSGTYPE(*COMP)                  
            ENDPGM                                                                                                                

Voila vous avez une exemple tout en CLP , qui permet de mettre Qtemp en tête de liste sans perdre les informations à l’interieur.

Merci à Jean-Marie pour son aide

, , Appel d’API en CL

Nous utilisons de plus en plus les services SQL pour de nombreuses actions : accès aux *DTAQ, *DTAARA, travaux etc …

Par exemple, pour accéder au contenu d’une variable d’environnement, la vue QSYS2.ENVIRONMENT_VARIABLE_INFO est très simple à utiliser :

Dans un programme RPG, il est très simple d’effectuer une lecture SQL.

Mais dans certains cas, nous préférerons utiliser les APIs système : pour la performance, ou dans le CL ! En CL, il est possible d’exécuter une instruction SQL, mais pas de récupérer un result sets (en tout cas pas simplement et avec une bonne performance).

L’appel d’API depuis le CL ne pose pas de soucis, principalement depuis les évolutions permettant de maitriser l’allocation mémoire des variables (variables autonomes, basées sur un pointeur, ou basée sur une autre variable – équivalent OVERLAY du RPG) :

Maintenant, lorsque l’on utilise des API, il est (souvent) nécessaire de passer par des pointeurs, de façon explicite ou non. Par exemple, c’est le cas pour QUSRJOBI même si l’on a pas déclaré de pointeur dans notre programme CL :

En réalité, lors d’un appel de programme ou procédure, les paramètres sont transmis par défaut par référence : concrètement on passe un pointeur sur le début de la valeur, mais pas la valeur elle-même !

Il faut commencer à interpréter les prototypes des API en fonction du langage d’appel …

Le système étant écrit en C, certaines API utilisent la définition C d’une chaine de caractères : un pointeur sur le premier caractère, la fin de la chaîne étant marquée par le premier octet null !

En RPG, nous avons la fonction %str() qui permet de gérer ceci :

En CL, pas de fonction équivalent pour gérer cela.

Prenons par exemple l’API getEnv() (en fait une fonction de la bibliothèque standard C) :

Il faut fournir en entrée le nom de la variable d’environnement, au format C String, c’est à dire à terminaison nulle.

De même, la valeur de retour est un pointeur sur le début de la valeur. La fin se situe au premier octet null rencontré …

Voici un exemple d’appel :

Nous déclarons simplement une variable de type CHAR(1) initialisée à x’00’ :

DCL VAR(&SPC_INIT) TYPE(*CHAR) LEN(1) VALUE(X'00')

Cela nous sert à créer la valeur pour l’appel : chaine à terminaison nulle contenant le nom de la variable d’environnement recherchée (ici CLASSPATH) :

CHGVAR &ENVVAR ( 'CLASSPATH' *CAT &SPC_INIT )

Pour décoder la valeur de retour, il nous faut parcourir la valeur reçue jusqu’à trouver la terminaison nulle. On utilise simplement %SCAN pour trouver la position et redécouper :

CHGVAR VAR(&POSNULL) VALUE(%SCAN(&SPC_INIT &ENVVARVAL) - 1 )
CHGVAR &FINALVAL %SUBSTRING(&ENVVARVAL 1 &POSNULL)

Au final, très peu de code à ajouter, mais nécessite une compréhension de la documentation des APIs, des types de données dans les différents langages, et des mécanismes de transmission de paramètres !


, , , Tuez les jobs SSH dans QINTER

Si vous commencez à faire du SSH (en tant que client), par exemple pour faire du GitHub, vous avez des jobs qui vont rester et que vous devrez tuer par un kill ou un ENDJOB.

C’est des jobs BCI qui restent après avoir arrêté vos JOBs interactifs.

Voici un petit script CLP qui permet de faire ça, il vous suffit de le planifier tous les soirs à 23 heures par exemples.

Ici on a utiliser la fonction table QSYS2.ACTIVE_JOB_INFO et la fonction QSYS2.QCMDEXC et on packagé le tout dans un CLP …

PGM
/* Suppression des jobs SSH dans QINTER */
dcl &NBRCURRCD *dec 10
/*  Exécution de la requete SQL */
             RUNSQL     SQL('Create table qtemp/sortie as(SELECT +
                          QSYS2.QCMDEXC(''ENDJOB '' CONCAT +
                          JOB_NAME)  as resultat FROM +
                          TABLE(QSYS2.ACTIVE_JOB_INFO(SUBSYSTEM_LIST_+
                          FILTER => ''QINTER'')) X  where job_type +
                          = ''BCI'') with data') COMMIT(*NONE)
             MONMSG     MSGID(SQL0000) exec(do)
             SNDUSRMSG  MSG('Erreur dans l''exécution de la requête +
                          SQL d''épuration des jobs SSH') +
                          MSGTYPE(*INFO)
             Return
             enddo
  /* Envoi d'un message de fin */
             RTVMBRD    FILE(QTEMP/SORTIE) NBRCURRCD(&NBRCURRCD)
             if cond(&NBRCURRCD > 0) then(do)
             SNDUSRMSG  MSG(%CHAR(&NBRCURRCD) *TCAT ', job(s) SSH +
                          arrêté(s)') MSGTYPE(*INFO)
             enddo
             else do
             SNDUSRMSG  MSG('Pas de Job SSH à Supprimer ') +
                          MSGTYPE(*INFO)
             enddo
ENDPGM

Sur les job de ssh-agent vous pouvez demander le kill directement comme ceci, merci à Julien …

La commande QSH lancer par votre CL qui vous permet de soumettre se présente donc comme ça :

eval "$(ssh-agent -s)" ; // Démarrage de l'agent 
SSH ssh-add /home/jl/.ssh/github ; // Ajout de la clé à l'agent 
ssh -T git@github.com ; // Test de connexion à GitHub 
ssh-agent -k // Arrêter l'agent
, , Visual studio code IBM i Snippets

Vous connaissez tous, au moins de nom l’extension « code for i » qui vous permet d’éditer vos sources RPGLE dans votre éditeur favori qui est publié par notre Ami Liam Allan

Si voulez en savoir plus une vidéo très bien faite de notre ami de Yvon est disponible sur la chaine youtube de Volubis ici

Mais il existe également des extensions créé par d’autres contributeurs en voici une qui est apparu en 2022 « IBM i Snippets », elle a été créée par Andy Youens.

L’installation est très simple à partir de la gestion des extensions

Le principe de cette extension est de vous proposer des exemples de codes (par exemple des squelettes pour du RPGLE ou CLLE).

Son usage est très simple vous devez saisir « !i » dans votre éditeur favori .


Cette extension bouge beaucoup depuis sa sortie et les dernières contributions sont récentes, n’hésitez pas à proposer des exemples de codes si vous en avez qui soit présentable

Nous pensons qu’il y aura de plus en plus de extensions disponibles pour l’IBMI et une amélioration de celle exitantes extensions existantes, il est donc important d’avoir un œil ce mode de développement , en sachant que les « JEUNNNNES » connaissent déjà cet interface

, , , Date source de vos programmes

On est amené quand on fait des analyses à regarder les dates de source, on constate que ces dates sont à null pour tous les objets de type ILE.

Vous avez une vue QSYS2.PROGRAM_INFO qui permet d’avoir ces informations sur les programmes, un peu comme la commande DSPPGM.

Voici pourquoi : quand vous travaillez en OPM vous compilez des sources qui deviennent des programmes; quand vous travaillez en ILE, vous compilez des sources qui deviennent des modules, puis vous les assemblez pour créer des programmes et du coup une date de source sur un programme ILE ne veut rien dire.

En réalité un programme a un module qui s’appelle point d’entrée programme qui, quand on travaille en BND (CRTBND*), est le seul module placé dans qtemp qui est assemblé pour créer votre programme.

On voit donc que si on veut, on peut assimiler la date du source du programme à la date du module PEP, qui dans plus de 99 % des cas a le même nom que le programme.
On a une deuxième vue permet d’avoir les modules par programme, QSYS2.BOUND_MODULE_INFO.

Il faudra donc combiner les 2 vues.

par exemple :

  • Pour les programmes ILE

SELECT a.PROGRAM_NAME, a.PROGRAM_TYPE, b.SOURCE_FILE_LIBRARY, b.SOURCE_FILE,
b.SOURCE_FILE_MEMBER, b.SOURCE_CHANGE_TIMESTAMP
FROM QSYS2.PROGRAM_INFO A join QSYS2.BOUND_MODULE_INFO B
on a.PROGRAM_NAME = b.PROGRAM_NAME
and A.PROGRAM_NAME = b.BOUND_MODULE and A.PROGRAM_LIBRARY = b.PROGRAM_LIBRARY
WHERE a.PROGRAM_LIBRARY = ‘FADY’ and a.PROGRAM_TYPE = ‘ILE’

  • Pour les programmes OPM

SELECT a.PROGRAM_NAME, a.PROGRAM_TYPE, A.SOURCE_FILE_LIBRARY, A.SOURCE_FILE, A.SOURCE_FILE_MEMBER,
A.SOURCE_FILE_CHANGE_TIMESTAMP
FROM QSYS2.PROGRAM_INFO A
WHERE a.PROGRAM_LIBRARY = ‘FADY’ and a.PROGRAM_TYPE = ‘OPM’

en faisant l’union des deux requêtes vous aurez les dates de tous vos programmes ILE et OPM.

Il y a sans doute d’autres solutions mais celle-ci est très simple à utiliser.

, RDi : configurer et déployer les Actions de l’utilisateur

Les actions utilisateur vous permettent d’exécuter des commandes préformatées sur les objets ou sur les membres de vos filtres, en utilisant le clic droit pour exécuter l’action.

Elles sont équivalentes aux options définies par l’utilisateur que l’on peut gérer par F16 sous PDM.

Gérer les actions de l’utilisateur

La gestion des actions utilisateur est accessible par clic droit sur les objets ou membres des filtres.

Créer une action objet

Nous allons créer une action pour exporter une table vers l’IFS au format CSV.

L’action utilisera la commande CPYTOIMPF que nous allons préformater.

Le bouton « Insérer une variable » affiche la liste des variables que nous allons pouvoir utiliser dans les paramètres de la commande pour substituer les attributs de l’objet sur lequel l’action s’exécute :

Le bouton « Invite » permet d’afficher l’invite de commande pour compléter les paramètres :

La case « Interroger d’abord » permettra d’afficher l’invite de commande lors de l’utilisation de l’action.

Enfin, il est conseillé d’indiquer les types de ressources pour lesquelles cette action sera proposée dans le clic droit :

Une fois créée, l’action apparait dans le catalogue des actions Objet :

Elle peut être utilisée par clic droit sur un objet de type fichier :

L’invite de commande est affichée avec les valeurs de substitution des variables utilisées :

Le message d’exécution de l’action s’affiche dans l’historique des commandes de RDI :

Le fichier CSV est créé dans l’IFS :

Créer une action membre

Nous allons créer une action permettant de convertir un membre source RPG 4 en RPG FREE.

Pour cela, nous avons créé une commande CVTRPGFREE basée sur un convertisseur Open Source auquel GAIA contribue.

Pour limiter l’action au membres sources de type RPGLE et SQLRPGLE, nous allons Editer la liste des Types définis et créer un Type défini que nous nommerons RPGLE et qui rassemblera les types de membre RPGLE et SQLRPGLE :

Le fenêtre « Gérer les types nommés » s’ouvre :

Le bouton « Parcourir » permet de choisir les types de membre existants pour les ajouter à la liste :

Le nouveau Type défini « RPGLE » s’affiche dans la liste des types de membres définis :
On peut maintenant l’utiliser pour notre action :

Une fois créée, l’action apparait dans le catalogue des actions Membre :

Elle peut être utilisée par clic droit sur un membre de type RPGLE ou SQLRPGLE pour le convertir en RPG FREE :

Le message d’exécution de l’action s’affiche dans l’historique des commandes de RDI :
Le membre PGMRPGFREE a été créé avec la conversion en RPG FREE du membre initial PGMRPG4 :

Notons qu’en effectuant une sélection de plusieurs ressources dans un filtre, on peut exécuter une action utilisateur sur toutes ces ressources par un seul clic droit.

Exemple ci-dessous : on peut exporter 4 fichiers vers l’IFS au format CSV en un seul clic

Exporter/Importer les actions utilisateur

Les actions utilisateur peuvent être exportées vers un fichier de configuration à partir du menu

Fichier > Exporter > Rational Developer for i :

2 modes d’exportation sont possibles :

  • l’export « Fichier de configuration » permet d’exporter la configuration vers un fichier local, qui pourra si on le souhaite être partagé et importé par d’autres utilisateurs vers leur Workspace.
  • l’export « Fichier de configuration pour distribution automatique » permet d’exporter la configuration pour la distribuer automatiquement aux autres utilisateurs

Exporter Fichier de configuration pour distribution automatique

Pour exporter les actions utilisateur, décocher toutes les cases et ne conservez que la configuration « Artefacts de systèmes distants ».

Les filtres sont exportés, lors de l’import vous perdrez donc les filtres de votre Workspace.

Ca peut être gênant, mais ça peut aussi être l’occasion de faire du ménage dans vos filtres….

Le fichier de configuration sera généré dans le répertoire suivant de l’IFS :

/QIBM/ProdData/Devtools/clientconfig

Choisissez un numéro de version pour identifier le fichier de configuration :

Avant de Terminer, assurez-vous d’avoir les droits d’écriture dans le répertoire de destination.

Le fichier de configuration est généré dans l’IFS pour une distribution automatique de cette configuration :

Lorsque les utilisateurs se connecteront à l’IBM i, une fenêtre d’importation leur sera automatiquement proposée :

L’import peut être accepté (OK) ou pas (Annuler) mais tant qu’il n’aura pas été accepté, il sera reproposé à chaque connexion à l’IBM i par RDI.

C’est terminé !

PS :

Si le fichier de configuration a été exporté vers un fichier local par l’export Fichier de configuration au lieu de Fichier de configuration pour distribution automatique, il peut être importé de la même manière par le menu Fichier > Importation > Rational Developer for i > Fichiers de configuration. Il suffit d’indiquer l’emplacement du fichier de configuration, ensuite la procédure est identique à celle de la distribution automatique :

, CONTROLER IBAN & RIB

L’International Bank Account Number, généralement nommé sous l’acronyme IBAN, est un système international de numérotationLe numéro IBAN, ou code IBAN, est affiché sur votre Relevé d’Identité Bancaire (RIB). Formalisé par une suite de chiffres et de lettres pas toujours compréhensibles pour les usagers bancaires, l’IBAN est une norme internationale ISO qui a été mise en place pour sécuriser et faciliter les échanges et transferts bancaires internationaux sur tous les continents.

Dans cet article nous allons voir comment vérifier si la clé d’un IBAN est correcte. Ensuite nous effectuerons la vérification de la clé d’un RIB. Les exemples sont basés sur un compte bancaire français.

Contrôler la clé IBAN

Structure de l’IBAN

FRKK BBBB BGGG GGCC CCCC CCCC CKK

B = code banque
G = code guichet
C = numéro de compte
K = clef

Le RIB (ou BBAN) comprend les informations suivantes :

– Le nom de la banque et de l’agence;
– Le code banque à 5 chiffres;
– Le code guichet à 5 chiffres ;
– Le numéro du compte à 11 chiffres ou lettres au maximum;
– La clé RIB, à 2 chiffres.

Le calcul de la clé IBAN est fonction de l’enchaînement entre le BBAN, le code pays (transformé en données chiffrées) et 00.
Concernant la conversion du code pays, il faut savoir que la lettre A équivaut au nombre 10, B = 11, C = 12, D = 13… jusqu’à la dernière lettre de l’alphabet Z qui vaut 35.


La formule arithmétique pour résoudre l’équation et déterminer une clé IBAN est :

Clé IBAN = 98 – ((Valeur numérique) modulo 97).

Il faut donc procéder en deux étapes :

  • Reconstituer l’IBAN sous la forme BBAN + [Code Pays ISO2] + « 00 »
  • Remplacer toutes les lettres de l’IBAN par le nombre qui leur correspond (entre 10 et 35)

Voici une procédure, écrite dans un programme de service, qui permet la vérification de la clé d’un IBAN.

dcl-proc checkIban export;
  dcl-pi *n ind;
    numIban char(27) const;
  end-pi;

  dcl-s count int(3) ;
  dcl-s index int(3) ;
  dcl-s posit int(3) ;
  dcl-s stringToCalculate varchar(50) ;
  dcl-c letters    'ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ' ;

  stringToCalculate = %subst(numIban:5) + %subst(numIban:1:2) + '00';

  for count = 1 to %len(%trim(stringToCalculate)) ;
    index = %scan(%subst(stringToCalculate:count:1):letters) ;
    if index > 0 ;
      posit = count - 1 ;
      index += 9 ;
    
      stringToCalculate = %subst(stringToCalculate : 1 : posit)
                        + %trim(%char(index))
                        + %subst(stringToCalculate : posit + 2) ;
    endif ;
  endfor;

  return (98 - %rem(%DEC(%trim(stringToCalculate) : 50 : 0):97)
         = %DEC(%SUBST(numIban : 3 : 2) : 2 : 0)) ;

end-proc;                       

Ajouter le code suivant dans le source de liage

EXPORT     SYMBOL("CHECKIBAN") 

Utilisation du contrôle

// Déclaration
dcl-PR checkIban ind ;
 P_Iban char(27) const;
end-pr ;         

// Appel
 retour = checkIban('FR3330002005500000157841Z25');
  if retour;
    dsply 'IBAN Correct' ;
  else ;
    dsply 'IBAN Faux' ;
  endif;  

Contrôler la clé RIB

Structure du RIB (voir paragraphe précédent, c’est un composant de l’IBAN)

Le numéro de RIB permet l’identification du compte pour une utilisation Nationale. C’est le numéro à transmettre pour effectuer un virement en France.

La clé RIB est une formule mathématique, qui ne peut s’appliquer que sur des valeurs numériques. Il convient donc de remplacer les éventuelles lettres présentes dans les données du RIB avant de pouvoir en calculer la clé.

Chaque lettre est remplacée par son équivalent numérique :

A,J = 1

B,K,S = 2

C,L,T = 3

D,M,U = 4

E,N,V = 5

F,O,W = 6

G,P,X = 7

H,Q,Y = 8

I,R,Z = 9

La clé peut alors être calculée avec la formule suivante :

Clé RIB = 97 – ( ( 89 x Code banque + 15 x Code guichet + 3 x Numéro de compte ) modulo 97 )

Voici une procédure, écrite dans un programme de service, qui permet la vérification de la clé d’un RIB.

dcl-proc checkRib export;
  dcl-pi *n ind;
    numRib char(23) const ;
  end-pi;

  dcl-s count int(3) ;
  dcl-s index int(3) ;
  dcl-s posit int(3) ;
  dcl-s stringToCalculate varchar(23) ;
  dcl-c letters    'ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ' ;

  stringToCalculate = numRib ;

  for count = 1 to %len(%trim(stringToCalculate)) ;
    index = %scan(%subst(stringToCalculate:count:1) : letters) ;
    if index > 0;
      posit = count - 1 ;
      select ;
        when index >= 10 and index <= 18 ;
          index -= 9 ;
        when index >= 19 ;
          index -= 17 ;
      endsl ;

      stringToCalculate = %subst(stringToCalculate : 1 : posit)
                        + %trim(%char(index))
                        + %subst(stringToCalculate : posit + 2) ;
    endif ;
  endfor ;

  return (97 - %rem(
                  (%DEC(%subst(stringToCalculate:1:5) : 5 : 0)*89
                  + %DEC(%subst(stringToCalculate:6:5) : 5 : 0)*15
                  + %DEC(%subst(stringToCalculate:11:11) : 11 : 0)*3)
                    :97)
          = %DEC(%SUBST(stringToCalculate : 22 : 2) : 2 : 0)) ;

end-proc;  

Ajouter le code suivant dans le source de liage

EXPORT     SYMBOL("CHECKRIB") 

Utilisation du contrôle

// Déclaration
dcl-PR checkRib ind ;
 P_Rib char(23) const ;
end-pr ;               

// Appel
retour = checkRib('3000200550044AB57O41Z68') ;
  if retour;
    dsply 'RIB Correct'  ;
  else ;
    dsply 'RIB Faux' ;
  endif;