, , Utiliser ACS depuis votre IBM i ?

Tout le monde connait ACS en tant que client sur un poste windows , mac , ou linux.

Je rappelle la principale différence avec ses prédécesseurs c’est que ACS et un client Léger et que l’exécutable JAVA acsbundle.exe suffit pour exécuter une requête

Vous pouvez l’installer sur votre ibm i, pour 3 raisons

1) la mise à disposition et la mise à jour peut désormais se faire par PTF

Déploiement disponible par PTF V7.3 PTF 5770SS1-SI71934 et après mise à jour de l’exécutable, pratiquement plus d’administration à faire

2) Le partager avec vos utilisateurs

Vous montez un partage sur le répertoire ou vous l’avez installé et vous exécuter acsbundle.exe à partir de ce ce dernier.
Ca marche très bien vous pouvez faire la mise à jour de tous vos postes en changeant l’exécutable de votre répertoire.
C’est à déconseiller, si vous avez des accès réseaux peut efficaces ou si vous avez des populations nomades qui accèdent à plusieurs IBM i

3) Pour exécuter des requêtes ACS directement sur l’IBM i.

C’est du java et votre partition sait faire du java, et vous pouvez lancer des commandes unix par STRQSH .

La première chose à vérifier c’est que le produit est bien installé sur votre partition

Par défaut, il se trouve dans le répertoire QIBM/ProdData/Access/ACS/Base/ , mais il peut se trouver ailleurs, par exemple dans /home/ qui est souvent monté par netserver.

Si vous ne l’avez pas utilisé depuis longtemps, il est conseillé de mettre une version ACSBUNDLE.EXE plus récente

En fonction de ce que vous voulez utiliser dans ACS, on parle de plugin

Dans notre exemple on veut créer une un fichier xls à partir d’une requête SQL c’est le plugin cldownload

Voici la syntaxe

STRQSH CMD( »java –jar votre_exe_java +
/plugin=cldownload +
/system=votre_systéme +
/clientfile= votre_fichier.xls +
/sql= »votre_requete_sql« ‘)

Exemple :

STRQSH CMD(‘java -jar /QIBM/ProdData/Access/ACS/Base/acsbundle.jar +
/plugin=cldownload +
/system=NEPTUNE +
/clientfile= /temp/liste_options_pdm.xls +
/sql= »Select * from qgpl.qauoopt »‘)

Nous avons packagé un outil (CRTXLSFIC) qui permet de faire ca et vous pouvez le trouver sur Github à l’adresse :

https://github.com/Plberthoin/PLB/tree/master/GTOOLS

Dans le plugin cldownload vous avez des options , par exemple, pour ajouter des entêtes de colonne, /colheadings=1 , etc …
il existe d’autres plugins dans ACS pour exécuter des commandes, exécuter de transfert etc …

Quelques liens intéressants à connaitre

ftp://ftp.software.ibm.com/as400/products/clientaccess/solutions/GettingStarted_en.html
https://www.volubis.fr/news/liens/courshtm/clientaccess/client%20solution_install.html
https://www.ibm.com/support/pages/automating-acs-data-transfer
https://developer.ibm.com/technologies/systems/articles/i-acs-commandline/
https://ibmsystemsmag.com/Power-Systems/02/2020/acs-shipped-with-ibm-i

Lancer une commande windows à partir de votre ibmi en session 5250

Vous pouvez exécuter une commande windows à partir de votre ibmi en session 5250

Pour cela vous devez d’abord démarrer l’intégrateur, c’est la commande STRPCO

STRCO
monmsg IWS4010 /* si déjà actif */

Ensuite vous demander l’exécution de la commande comme si vous étiez sous CMD, par la commande STRPCCMD

par exemple pour tester le bloc note

STRPCCMD PCCMD(‘%windir%\system32\notepad.exe’)

La commande doit être entre quotes

Conseil :

Préférer l’utilisation de la commande START qui associera automatiquement l’extension avec l’exécutable voulu.

exemple pour un pdf

STRPCCMD PCCMD(‘START votrepdf.pdf’) et non ‘C:\Program Files\PDFCreator\PDFCreator.exe votrepdfs.pdf’

STRPCCMD (‘calc.exe’) pour la calculatrice

Remarque :

Vous reprendrez la main quand vous aurez terminé votre session DOS
Vous ne pouvez pas intercepter de message d’erreur sur la commande STRPCCMD
La limitation de chaine de caractères est de 1023 de puis la V7R2, avant vous étiez limité à 123.
Vous pouvez monter des partages, avec netserver c’est la commande dos net use, vous pouvez aussi demander à exécuter des fonctions ACS transfert de fichier par exemple
Le paramètre PAUSE(*YES ou *NO) vous affichera une fenêtre dos par exemple sur un .bat , mais ne change rien sur un exécutable windows (calc.exe, notepad.exe)

5 commandes qui manquent à l’ibmi

En utilisant l’IBM i, vous avez sans doute remarqué que des commandes manquent, voici une liste de commandes qui pourraient vous rendre service.

DSPDTAQ

Cette commande permet de voir le contenu d’une Dtaq , sans cette commande vous devez faire un dmpobj et le lire , Merci thierry pour le coup de main

WRKSAVF

Cette commande permet gérer les SAVFs de votre partition en voyant toutes les bibliothèques, un peu comme wrkjrnrcv allusr/all pour les recepteurs.
Attention les savf q* dans qgpl sont des PTFs.

CHGUSRPWD

Permet de changer le mot de passe d’un autre utilisateur sans être *secadm, l’objet doit être compiler en adoption de droit

CHGNETBIOS

Permet de changer le nom netbios celui qui est utilisé par net server, vous pouvez le voir dans navigator for i

INIUSRNET

Réinitialisation d’un profil réseau utilisé par Netserver pour les partages

Vous retrouverez les sources de ces outils sur github à l’adresse suivante :

https://github.com/Plberthoin/PLB/tree/master/GTOOLS

, , Utiliser un scripte SQL pour faire du FTP

On est souvent amené, à envoyer des fichiers soit par mail ou par FTP, voici une solution simple en utilisant SQL

— génération de la table à transférer
create table votrebib.votrefic as (select …) with data;
— conversion en CSV , paramétrage excel
CL: CPYTOIMPF FROMFILE(votrebib.votrefic)
TOSTMF(votrefic.csv)
STMFCCSID(PCASCII) RCDDLM(CRLF)
STRDLM(NONE) FLDDLM(‘;’) ADDCOLNAM(SQL) ;

— Envoi par mail

cl: SNDSMTPEMM RCP((‘plb@gaia.fr’))
SUBJECT(‘liste du fichier votrefic’)
NOTE(‘Ci-joint le fichier votrefic.csv’)
ATTACH((VOTREFIC.CSV));

— Envoi par ftp

CL: CRTPF FILE(votrebib/FTPSRC) RCDLEN(192) ;
INSERT INTO votrebib/QFTPSRC VALUES(‘User_FTP Mot_de_passe’) ;
INSERT INTO votrebib/QFTPSRC VALUES(‘put votrefic.csv’) ;
INSERT INTO votrebib/QFTPSRC VALUES(‘quit’) ;

–re routage stdin
cl: OVRDBF FILE(INPUT)
TOFILE(votrebib/QFTPSRC) +
OVRSCOPE(*JOB) ;
— lancement ftp
CL: FTP RMTSYS(VOTRE_SYSTEME);
— suppression du fichier de commande FTP
CL: DLTF FILE(votrebib/FTPSRC);

REMARQUE :

Vous pourrez améliorer ce scripte en utilisant un mot de passe que vous récupérez à l »exécution, pensez bien à supprimer le fichier scripte FTP même dans QTEMP.

Vous pouvez également demander la log, en re-routant le stdout

Si vous utilisez le mail , l’utilisateur doit être inscrit à smtp ,

, 5 choses à savoir sur les logs de votre IBMi

1) Choisir le mode de production

C’est essentiellement fixé par 2 valeurs système

La première valeur système est QLOGOUTPUT

*JOBEND L’historique du travail sera généré par le
travail lui-même. Si l’historique du travail
ne peut pas générer son propre historique du
travail, celui-ci sera généré par un serveur
d’historique du travail.

*JOBLOGSVR L’historique du travail sera généré par un
serveur d’historique du travail.

*JOBEND est la valeur historique, cette valeur est beaucoup moins performante sur les nouveaux

systèmes que *JOBLOGSVR.

Il est donc conseillé de mettre en place la valeur *JOBLOGSVR.

la deuxième valeur système est QJOBMSGQFL
*NOWRAP
La file d’attente de messages du travail ne fait pas
l’objet d’un bouclage.

*WRAP
La file d’attente de messages du travail fait l’objet
d’un bouclage.

*PRTWRAP
La file d’attente de messages du travail fait l’objet
d’un bouclage et les messages écrasés sont imprimés.

il est conseillé pour éviter d’avoir des messages bloquants de mettre *WRAP,
qui permettra d’avoir les dernières informations loguées.

2) Choisir le niveau de log adapté

C’est les paramètres LOG() LOGCLPGM() du travail .

ils sont fixés par JOBD ou par les paramètres de la commande SBMJOB .

On divise généralement en trois les types les travaux de votre IBM i

Les travaux sensibles qui devront à voir le niveau de log maximum

LOG(4 00 SECLVL) LOGCLPGM(YES)

Les travaux communs , batchs traditionnels sessions interactives

LOG(3 00 SECLVL) LOGCLPGM(NO)

Les travaux qui ne doivent pas avoir de log , pour des questions de sécurité, ou des travaux trop nombreux et souvent très courts

LOG(0 99 NOLIST) LOGCLPGM(NO)

le niveau peut être ajusté par programme, CHGJOB LOG( ) LOGCLPGM( )

3) Choix du mode d’épuration

La meilleur solution est d’utiliser le cleanup standard de la machine.

Vous pouvez voir les paramètres par la commande ==> go cleanup

par l’option 1 vous voyez le paramétrage
si le ménage est possible, l’heure de démarrage et la durée .
Le plus souvent on est reglé à 30 jours

Pour démarrer le ménage c’est la commande STRCLNUP , il est conseillé de la mettre dans le programme STRUP de votre partition.

Les spools de log sont placés dans l’outq QEZJOBLOG, vous pouvez éventuellement épurer des spools particuliers, le mieux étant de ne pas les produire.

4) Nouveautés de SQL AS A service

Il y a plusieurs vues, et fonction table qui peuvent, vous aidez, voici les 2 principales :

La fonction table QSYS2.JOBLOG_INFO() permet de voir le contenu d’une joblog.

Exemple :

SELECT * FROM TABLE(QSYS2.JOBLOG_INFO(‘378809/QUSER/QZDASOINIT’)) A

pour voir la log du job identifié

La vue QSYS2.OUTPUT_QUEUE_ENTRIES permet de voir la liste des spools d’une OUTQ.

Exemple

select * from QSYS2.OUTPUT_QUEUE_ENTRIES where OUTPUT_QUEUE_NAME = ‘QEZJOBLOG’

pour voir les spools de l’outq des joblogs

5) Remarques générales

Il est souvent inutile de sauvegarder des spools de log , sauf à avoir une réel raison et un moyen de suivi.

Un surveillance quotidienne est plus efficace qu’une recherche hypothétique dans un spool de 10 mois

Attention, un spool qui reste est une place de travail occupé dans la table des travaux.

Vous pouvez décoreller les spools des travaux mais ce n’est pas culturel et ça peut compliquer vos recherches futurs.

Attention au programme en mode debug avec du SQL, l’optimiseur rempliera rapidement la log.

L’ILE produit plus de log que l’OPM, c’est normale vous avez un niveau de plus à gérer, ca peut doubler les lignes écrites !!!

Pour avoir une vue de des spools de log, pensez à la commande, WRKJOBLOG

Un travail n’a pas forcément de log , la seule qu’il laisse dans tous les cas c’est un message CPF1124 pour son démarrage et un message CPF1164 pour indiquer sa fin.

5 opérations à prévoir pour renommer une partition IBMi

Si vous voulez changer le nom de votre partition , attention il y a plusieurs noms à changer

1) Les attributs réseaux

Attention, on parle ici plutôt du réseau SNA, c’est le nom que vous avez sur la mire d’ouverture 5250.
Même si SNA est de moins en moins utilisé, le système l’utilise toujours.
Vous pouvez voir cette information par la commande DSPNETA et l’extraire dans un programme CLLE par l’autre commande RTVNETA.
C’est la commande CHGNETA qui permet de modifier
Exemple :

CHGNETA SYSNAME(VOTRESYS)
Pour que la modification soit prise en compte vous devez faire un IPL.


Vous devez ensuite modifier les inscriptions dans la directory SNA, vous pouvez les voir par la commande WRKDIRE. on ne peut pas changer l’identification SNA, vous devrez faire un ADDDIRE, et un RMVDIRE.
Vous pouvez avoir la liste des inscriptions par la table QAOKP01A .

Exemple :

SELECT WOS1DDEN As Id_utilisateur, WOS1DDGN as adresse , WOS1USRP
as Profil_util FROM QAOKP01A

2) Le nom de la base de données

Ce nom est utilisé par SQL, vous le voyez quand vous faites un connect (parfois implicite).
Si vous faites un STRSQL , vous avez ce message , Connexion en cours : base de données relationnelle

NEPTUNE.
Pour voir les bases de données définies vous avez la commande WRKRDBDIRE, vous avez une seule Base de données locale.
Vous pouvez voir la liste des bd par la table SQL QADBXRDBD

Exemple :

SELECT DBXRDBN nom_db
FROM QADBXRDBD
where DBXRMTN = ‘*LOCAL’

remarque :


Pour changer le nom de votre BD, vous devez la supprimer et la recréer ADDRDBDIRE et RMVRDBDIRE.
attention sur la commande vous aurez un message (CPA3E01), à ignorer en répondant ‘G’ et il faut également reprendre les attributs de sécurité existants
Vous devrez arrêter le service base de données pour que cela soit pris en compte

3) Le nom TCP/IP

C’est le nom utilisé par le réseau TCPIP , pour voir ces attributs, vous devez utiliser Navigator

for i, vous pouvez le voir également par la vue QSYS2.TCPIP_INFO
exemple :
SELECT substr(LOCAL_HOST_NAME, 1, (locate(‘.’, LOCAL_HOST_NAME)-1) )
FROM QSYS2.TCPIP_INFO

Pour le modifier c’est la commande CHGTCPDMN vous allez également indiquer un nom de domaine,

exemple: CHGTCPDMN HOSTNAME(‘votrenom’) …

Vous devrez arrêter TCPIP que cela soit pris en compte

remarque :

Ce nom peut être important pour certaines applications externes, surtout si vous mettez en place du SSO par exemple, le nom doit matcher avec celui qui est publié dans votre DNS

4) Le nom NETBIOS

C’est le nom utilisé par netserver , vous pouvez le voir par navigator for i dans les propriétés de navigator for i

pour le modifier vous devez utiliser par l’interface Navigator for i ou par l’api QZLSCHSN.
exemple CALL QZLSCHSN PARM(‘nom_server’ ‘window’ ‘Description’ ‘ ‘)
pour que la modification soit prise en compte vous devez arreter et redemarrer Netserver

remarque :

Attention, si vous avez deux machines avec le même nom sur votre réseau, seule la première pourra démarrer Netserver

5) Sur La HMC


Vous devez ouvrir votre HMC
Dans les propriétés de la partition vous pouvez changer le nom
Il existe des commandes ssh pour connaitre un nom de partition , voir même le changer , mais c’est un peu plus compliquer à automatiser.

Conseils :

Si vous faites une bascule de machine attention à n’avoir qu’une inscription dans votre DNS.
il est conseillé de mettre le même nom partout attention 8 caractères maximum, sinon vous devez avoir un transposition facile à faire.
Le plus simple et de faire les modifications et un IPL dans la foulée pour tout mettre tout à jour