SQL et Log BRMS

A l’heure de SQL services , il peut être opportun de faire des contrôles BRMS par SQL.

Le fichier qui se cache derrière la commande DSPLOGBRM est le fichier QA1ALG ,et il se trouve dans la bibliothèque QUSRBRM.

Une exécution de sauvegarde en BRMS s’appelle un groupe de contrôle, quand on passe la commande STRBKUBRM on lui indique un groupe de contrôle à exécuter .

Voici comment savoir si une sauvegarde c’est bien passée ?
Vous allez sélectionner la date du contrôle, attention la date et au format numérique sAAMMJJ (s étant à 1 en 2000, à 0 en 1900)
Vous allez sélectionner le job qui est égal au groupe de contrôle, si le travail a un nom différent vous pouvez tester substr(LGMDTA, 1, 10) à la place de LGJOB.
Vous allez choisir les id messages suivants
-BRM1380 début du groupe de contrôle
-BRM1049 Fin normale du groupe de contrôle

Voici 2 exemples de requêtes

en CLP
runsql(‘create table qtemp/ctlgrp as( +
SELECT LGJOB, LGDATE, LGTIME, LGJNBR, LGMID FROM qusrbrm/QA1ALG +
where LGJOB =  »QUOT » and LGDATE = 1200707 +
and LGMID in( »BRM1380 » ,  »BRM1049 »))’) commit(*none)

/* lecture du nombre d’enregistrements */
rtvmbrd file(qtemp/ctlgrp) NBRCURRCD(&nbr)

en RPGLE

exec sql
SELECT count(*) into :NBR FROM qusrbrm/QA1ALG
where LGJOB = ‘QUOT’ and LGDATE = 1200707
and LGMID in(‘BRM1380’ , ‘BRM1049’) ;


Dans les 2 cas l’interprétation de la variable NBR est la suivante

Si vous avez 0 dans NBR, le groupe de controle n’a pas été lancé
Si vous avez 1 dans NBR, le groupe a été lancer mais il a des erreurs à controler.
Si vous avez 2 dans NBR, tout est ok

Conclusion

On peut facilement ajouter ce contrôle dans une sonde d’un outil de supervision .

Il est également conseiller d’enregistrer un exemple dans les requêtes de utilisateurs de ACS

Vous pouvez également ajuster vos contrôles pour différencier les cas d’anomalie , etc …